[] [

Dauphiné Libéré - Consommer et... réparer autrement

Article de Louise Ginies paru dans le Dauphiné Libéré (Edition Vienne et Roussillon) du 22 février 2018, au sujet du projet de Repair Café porté par des bénévoles et l’association "La Mie des Coopains".

22 février 2018

Initiative - Des bénévoles recherchés pour lancer un Repair Café à la boulangerie solidaire

Dans la boulangerie Les Coopains, à l’Isle, Marie, Jacques et Khadija veulent ouvrir un Repair Café. Concept lancé en 2009 à Amsterdam (Pays Bas), il associe réparation d’objets usuels cassés ou en panne et moments de convivialité, tout en dégustant un bon café. C’était un pari et ça marche ! Ainsi, de plus en plus de Repair Cafés ouvrent en France, quasiment toutes les semaines.

A Vienne, l’opération est encore à l’état de projet, dans l’attente de bénévoles disposés à recevoir les "clients" venus avec leur matériel pour essayer de le réparer, à raison d’un samedi après-midi par mois. Des clients pas tout à fait comme les autres, puisqu’ils participent en réparant eux-mêmes les objets avec l’aide des (futurs) bénévoles. « On leur apprendra à se débrouiller ».

« Une alternative à la déchetterie »

Au Repair Café, l’intérêt est de faire ensemble. Des vêtements au petit électroménager, la réparation est gratuite. Il n’y a pas d’engagement, pas de règles. Les clients donnent de façon volontaire, « s’ils sont contents ».

Une idée commune motive les trois associés : consommer autrement. Aujourd’hui, jeter est synonyme de racheter, considèrent-ils. Pour Marie, « le Repair Café arrive comme un alternative à la déchetterie. En tant que grand-mère, je suis inquiète pour la jeune génération. C’est eux qui hériteront de tous nos abus. »

Grâce au principe du Repair Café, des actions sont menées à l’échelle internationale. « Une impulsion est donnée ». Le processus industriel tend à être inversé. Les produits redeviennent réparables, l’action solidaire a une vraie valeur. « Nous ne voulons pas faire concurrence aux grands magasins, rien ne nous empêche d’y aller quand nous avons besoin d’une pièce neuve. Nous voulons juste penser autrement. »

Jacques et Marie sont unanimes, il faut promouvoir cette culture. Pour cela, le café a besoin d’une vingtaine de bénévoles de tous âges, toutes compétences confondues. « Il nous manque des petites mains techniques », confie Jacques. Toute aide est donc la bienvenue et sera récompensée par les bonnes pâtisseries des Coopains.

L’info en + : Les Coopains

La boulangerie, située 135 avenue du Général Leclerc, est un espace solidaire et emploie 4 personnes en insertion professionnelle. Ce qui permet un retour vers l’emploi. C’est aussi un lieu d’animations : peinture, poésie, chorale, tricot, origami...

Un concept né à Amsterdam

Lancé en octobre 2009 à Amsterdam, à titre expérimental pour une seule fois, le premier Repair Café a rapidement connu le succès. Son initiatrice, Martine Postma, a choisi de lancer d’autres rencontres dans différents endroits de la ville, puis dans l’ensemble des Pays-Bas. Aujourd’hui, des Repair Café naissent dans le monde entier. En 2010, Martine Postma crée la Fondation Repair Café à Amsterdam. Son but : remettre au goût du jour la réparation d’objets, relancer un savoir-faire perdu et aussi permettre à des personnes d’horizons différents de rencontrer et de tisser des liens.

Dans un Repair Café, le matériel est disponible, des bénévoles sont présents sur place pour aider et les réparations sont gratuites. Tout le monde se met au travail de façon ludique. Réduction des déchets et donc des émissions en CO2, le concept milite ouvertement en faveur de l’écologie.


Plus d’infos : sur la page Facebook du Repair Café ou par mail